You are now in the main content area

Employment Gaps and Underemployment for Racialized Groups and Immigrants in Canada: Current Findings and Future Directions

Canada | 2020

“Foreign-sounding names” are 20 to 40 per cent less likely to get a call-back for a job interview, depending on company size. Challenges like these are faced by immigrants, racialized people, and especially women in these two groups – seemingly regardless of the job candidate’s skills. Eddy Ng and Suzanne Gagnon shine a light on some of the apparent contradictions in Canadian hiring behaviour, and bring to the light some promising solutions found in the labour-market research in this fifth Skills Next report.

Key Takeaways

The emphasis on “fixing” job seekers from racialized or immigrant communities is misplaced. Fixing the impact of bias, discrimination, and systemic barriers in the Canadian employment system is much more important.Canadian policymakers have made attempts to level the playing field, though these initiatives show very little progress, particularly for immigrants, racialized people, and especially women in these two groups who are most excluded from high paying and positions of power. Ng and Gagnon shine a light on some of the apparent contradictions in Canadian hiring behaviour, and bring to light some promising opportunities found in labour-market research in this fifth Skills Next report.

  1. The power and earning penalty is highest for racialized women. One study showed that in corporate leadership roles in the GTA white women outnumber racialized women 17:1. Overall racialized women represent only 6.4 per cent of the management workforce, despite representing 10.5 per cent of the overall workforce.
  2. The Canadian government is increasingly accepting highly skilled immigrants. Yet some research suggests that in Canada, many employers are looking for less skilled workers, and the policy emphasis on skilled and experienced immigrants itself has resulted in the underutilization of skills for highly educated immigrants.
  3. Entrepreneurship seems to be an occupation immigrants are attracted to and in which they succeed at a higher rate – yet that isn’t a solution for everyone.

Executive Summary

While Canada faces labour shortages due to a declining birthrate and aging population, many Canadians experience obstacles to employment and are underemployed relative to their educational and professional backgrounds. This report summarizes current data on employment outcomes for racialized Canadians and for recent immigrants to Canada, reviews the literature that seeks to explain these gaps and analyzes studies of programming and policy designed to close these gaps — including in the areas of settlement and bridging. While much is known about the problem itself, solutions to date have been fragmented. 

Despite years of policy initiatives and programming by governments and other service providers, employment outcomes for racialized Canadians, including racialized immigrant men and women, continue to lag those for non-racialized workers. Using data from the 2016 Census and Legislated Employment Equity Program (LEEP), we find that racialized minorities and immigrants experience greater unemployment and underemployment collectively, and that immigrant women experience poorer outcomes than immigrant men. 

Generally, racialized workers and immigrants are employed in lower paying sectors and occupations. Immigrants from Asia, Africa, Latin America and the Middle East fare worse than Canadian-born workers, while immigrants from Europe fare better than non-European immigrants. Foreign credential devaluation, language skills, and perceived fit with the Canadian workplace continue to be barriers for immigrant labour-market integration. 

The barriers faced by immigrants are compounded when the work influences of disruptive technologies are considered. Automation is expected to transform many of the industries with a high concentration of racialized minority and immigrant workers. As a result, they are more vulnerable to displacement in the future. Further, persistent underemployment suggests an important potential disconnection: employers are incorrectly evaluating foreign credentials and/or there is a need to upgrade skills to better align with those required by Canadian employers. 

While immigrants and racialized minorities are likely to continue to face barriers, factors associated with the changing nature of work will magnify the need to address the skills mismatch between members of these population groups and the occupations in which they work. Our review shows that more and better evaluation, as well as renewed attention and concerted action among stakeholders, is needed to remedy the qualifications mismatch, to enhance awareness of existing supports and to avoid displacement and further inequities amongst these groups. Self-employment and entrepreneurship, for example, represent alternative pathways to increased socioeconomic mobility for immigrants and racialized minorities. However, increased awareness among immigrants around the existence of entrepreneurship supports is needed. Similarly, employment-equity policies are currently too limited to drive broader systems change, though they have been helpful in raising awareness and aiding in the removal of barriers for women and racialized minorities in some regulated sectors. Expanding the collection and sharing of disaggregated data will be essential to enabling more granular analysis of how gender, country of origin, and other factors interface with racialized identities and immigration status to influence the experiences of individuals in the Canadian workforce.

Écarts d’emploi et sous-emploi touchant les groupes racialisés et les immigrants au Canada : constatations actuelles et directions futures

La probabilité des « noms à consonance étrangère » de recevoir un appel en réponse à leur candidature est de 20 à 30 pour cent moins élevée, selon la taille de l’entreprise. Ce sont des problèmes de ce type que rencontrent les immigrants, les personnes racialisées, et particulièrement les femmes issues de ces deux groupes – ce qui semble avoir peu de rapport avec les compétences du candidat. Dans ce cinquième rapport sur les Compétences de l’avenir, Eddy Ng et Suzanne Gagnon mettent en lumière certaines contradictions apparentes des pratiques d’embauche au Canada, et révèlent des solutions prometteuses découlant de recherches sur le marché du travail.

Points Clés

Il est important de ne pas de renvoyer les chercheurs d’emploi issus de communautés racialisées ou des immigrants avec des solutions de fortune. Il nous faut reconnaître l’incidence des préjugés, de la discrimination, et des obstacles systémiques dans le système d’emploi. Les décideurs politiques canadiens se sont efforcés d’instaurer l’égalité des chances, mais les programmes accusent un progrès très restreint, notamment pour les immigrants, les personnes racialisées, et tout particulièrement les femmes issues de ces deux groupes, qui sont les plus exclues des salaires élevés et des postes de pouvoir. Dans ce cinquième rapport sur les Compétences de l’avenir, Ng et Gagnon mettent en lumière certaines contradictions apparentes des pratiques d’embauche au Canada et révèlent des possibilités prometteuses découlant de recherches sur le marché du travail.

  1. La pénalité en termes de pouvoir et de revenus est plus élevée pour les femmes racialisées. Une étude indique que, dans les rôles de leadership général de l’agglomération du Grand Toronto, les femmes blanches sont 17 fois plus nombreuses que les femmes racialisées. Globalement, les femmes racialisées représentent seulement 6,4 pour cent des effectifs de direction, bien qu’elles représentent 10,5 pour cent de l’ensemble des effectifs.
  2. Le gouvernement canadien accepte de plus en plus d’immigrants diplômés. Toutefois, certaines études indiquent qu’au Canada, de nombreux employeurs recherchent des travailleurs moins compétents, et que ce sont les politiques axées sur les immigrants compétents et expérimentés elles-mêmes qui ont entraîné une sous-utilisation des compétences des immigrants hautement qualifiés.
  3. L’entrepreneuriat semble attirer les immigrants et leur taux de réussite y est plus élevé – cette solution ne convient cependant pas à tout le monde.

Sommaire

Le Canada fait face à une pénurie de main-d’œuvre en raison de la baisse du taux de natalité et du vieillissement de la population, pourtant de nombreux Canadiens et Canadiennes peinent à trouver un emploi et sont sous-employés par rapport à leur niveau de scolarité et à leur expérience professionnelle. Le présent rapport résume les données actuelles sur les résultats en matière d’emploi des Canadiens et Canadiennes racialisés et des immigrants récemment arrivés au Canada, examine les écrits qui cherchent à expliquer ces écarts et analyse les études sur les programmes et les politiques conçus pour combler ces écarts – notamment dans les domaines de l’établissement et de la transition. Bien que l’on en sache beaucoup sur le problème lui-même, les solutions apportées jusqu’à présent sont fragmentaires. 

Malgré des années d’initiatives en matière de politiques et de programmes des gouvernements et d’autres fournisseurs de services, les résultats en matière d’emploi des Canadiens et Canadiennes racialisés, y compris les immigrants racialisés, continuent d’être inférieurs à ceux des travailleurs non racialisés. Selon les données du Recensement de 2016 et du Programme légiféré d’équité en matière d’emploi (PLÉME), nous constatons que les minorités racialisées et les immigrants connaissent collectivement un taux de chômage et de sous-emploi plus élevé, et que les résultats des immigrantes sont moins bons que ceux des immigrants. 

Généralement, les travailleurs racialisés et les immigrants sont employés dans des secteurs et des professions moins bien rémunérés. Les immigrants d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient s’en sortent moins bien que les travailleurs nés au Canada, tandis que les immigrants d’Europe s’en sortent mieux que les immigrants non européens. La dévaluation des diplômes étrangers, les compétences linguistiques et la perception de l’adéquation avec le milieu de travail canadien continuent d’être des obstacles à l’intégration des immigrants dans le marché du travail. Les problèmes auxquels font face les immigrants sont aggravés lorsque l’on tient compte des influences des technologies perturbatrices sur le travail. 

On s’attend à ce que l’automatisation transforme bon nombre des secteurs d’activité à forte concentration de minorités raciales et de travailleurs immigrants. Par conséquent, ces personnes sont plus vulnérables au déplacement dans l’avenir. De plus, le sous-emploi persistant laisse entrevoir une déconnexion potentielle importante : les employeurs évaluent incorrectement les diplômes étrangers, ou il est nécessaire de mettre à niveau les compétences pour qu’elles correspondent mieux à celles exigées par les employeurs canadiens.

Bien qu’il soit probable que les immigrants et les minorités racialisées continuent à se heurter à des barrières, les facteurs associés à la nature changeante du travail accentueront la nécessité de remédier à l’inadéquation des compétences entre les membres de ces groupes de population et les professions qu’ils exercent. Notre examen montre qu’une évaluation plus importante et de meilleure qualité, ainsi qu’une attention renouvelée et une action concertée entre les parties prenantes, sont nécessaires pour remédier à l’inadéquation des qualifications professionnelles, pour mieux faire connaître les mesures de soutien existantes et pour éviter le déplacement et d’autres inégalités parmi ces groupes. Le travail indépendant et l’entrepreneuriat, par exemple, représentent des voies de rechange pour accroître la mobilité socioéconomique des immigrants et des minorités racialisées. Toutefois, il faut sensibiliser davantage les immigrants à l’existence des mesures de soutien à l’entrepreneuriat. De même, les politiques d’équité en matière d’emploi sont actuellement trop limitées pour entraîner des changements systémiques plus vastes, bien qu’elles aient été utiles pour la sensibilisation et pour l’élimination de certaines barrières auxquelles se heurtaient les femmes et les minorités racialisées dans certains secteurs réglementés. Il sera essentiel d’élargir la collecte et la diffusion de données désagrégées pour permettre une analyse plus détaillée de la façon dont le sexe, le pays d’origine et d’autres facteurs interagissent avec les identités racialisées et le statut d’immigrant pour influencer les expériences des individus dans la population active canadienne.

Published:

January 2020

Skills Next

Canadians’ needs for skills training and education are changing quickly.

In response, the Public Policy Forum, external link, the Diversity Institute, external link and the Future Skills Centre, external link have joined together to publish Skills Next, a series that explores what is working in workplaces, universities, and the labour market – and where workers are falling through the gaps in our skills training system. Au fur et à mesure que la nature du travail évolue, les compétences vitales des Canadiens et Canadiennes doivent suivre.

En réponse, le Forum des politiques publiques, external link, le Diversity Institute de l’Université Ryerson et le Centre des compétences futures, external link se sont associés pour publier Compétences de l’avenir, une série qui explore ce qui fonctionne dans les lieux de travail, les universités et le marché du travail – et où les travailleurs passent à travers les lacunes. dans notre système de formation professionnelle.