You are now in the main content area

La pandémie de COVID-19 et la demande de préposés aux services de soutien à la personne

Tendances du marché du travail et compétences recherchées
February 04, 2022
1313904482

La pandémie de COVID-19 a mis les préposés aux services de soutien à la personne sur le devant de la scène, ces derniers étant nombreux à avoir risqué leur propre santé pour s’occuper d’autrui. Beaucoup de ces travailleurs sont au bord de l’épuisement et appellent à l’amélioration de leurs conditions de travail, alors que le pays est confronté à d’importants manques d’effectif. Les précédents rapports de la série Perspectives sur le marché du travail, opens in new window ont fait état d’une baisse générale du nombre d’offres d’emploi publiées en 2020, signe d’une demande de main-d’œuvre à la baisse dans un large éventail de secteurs. Toutefois, la tendance inverse a été observée dans certaines professions, où les postes à pourvoir sont en hausse depuis l’avènement de cette pandémie. En Ontario, par exemple, le nombre d’offres d’emploi pour les aides familiaux résidents, les aides de maintien à domicile et le personnel assimilé a augmenté, opens in new window de 29 p. 100 depuis 2019, les comptes rendus, external link, opens in new window dans les médias, external link, opens in new window témoignant eux aussi du besoin urgent de travailleurs dans ces professions.

Pour approfondir la question, nous avons étudié les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur la demande de préposés aux services de soutien à la personne. Ce projet, fondé sur l’analyse des données relatives aux offres d’emploi publiées en ligne sur Vicinity Jobs, external link, vise à mieux comprendre l’ampleur ainsi que les caractéristiques de cette demande croissante de ces préposés qui a été induite par la pandémie. Nous mettons également en évidence les compétences et les certifications nécessaires pour devenir un préposé aux services de soutien à la personne et contribuer ainsi à pallier la pénurie de main-d’œuvre. Les tâches et les environnements de travail des préposés aux services de soutien à la personne étant très variables selon le cadre d’emploi, nous avons axé notre étude sur les préposés assurant des soins à domicile et des soins communautaires, lesquels représentent PDF fileprès de la moitié, external link des personnes exerçant cette profession.

Nos analyses se fondent sur la base de données de Vicinity Jobs, qui utilise la Classification nationale des professions, external link (CNP). Toutefois, aucun code CNP ne correspond à la catégorie « préposés aux services de soutien à la personne ». Après passage en revue des codes existants, il est apparu que le code 4412 « Aides familiaux résidents/aides familiales résidentes, aides de maintien à domicile et personnel assimilé » reflétait le mieux les tâches incombant à cette profession : il a donc été retenu comme point focal de cette étude.

Beaucoup de ces travailleurs sont au bord de l’épuisement et appellent à l’amélioration de leurs conditions de travail, alors que le pays est confronté à d’importants manques d’effectif.

Répercussions de la pandémie de COVID-19 sur la recherche de candidats

Recherche de candidats entre 2018 et 2021

En 2020, 27 958 offres d’emploi ont été publiées pour le recrutement d’aides familiaux résidents et de personnel assimilé. De manière générale, la demande de main-d’œuvre dans le secteur des services de soutien à la personne a enregistré une légère hausse au cours des trois dernières années, même pendant la pandémie de COVID-19. En réalité, la demande de préposés aux services de soutien à la personne enregistrée sur la période d’avril à décembre a augmenté de 15 p. 100 entre 2019 et 2020, puis d’un autre 15 p. 100 entre 2020 et 2021, illustrant le besoin accru de travailleurs exerçant cette profession induit par la crise. La hausse de la demande de main-d’œuvre enregistrée sur cette période entre 2019 et 2020 était supérieure à la croissance observée les années précédentes.

Figure 1. Recherche d’aides familiaux résidents, d’aides de maintien à domicile et de personnel assimilé (2018-2021)

Source : calculs réalisés par les auteurs d’après les données provenant de Vicinity Jobs. 

Recherche de candidats par province

Nous avons comparé le nombre d’offres d’emploi pour les préposés aux services de soutien à la personne, par province, en 2019 et en 2020. Les provinces les plus peuplées concentraient la majorité de la demande d’aides familiaux résidents. En effet, l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec représentaient respectivement 60 p. 100, 14 p. 100 et 8 p. 100 de l’ensemble des postes de préposé aux services de soutien à la personne à pourvoir au Canada en 2020. La hausse générale de la demande observée en 2020 par rapport à 2019 découlait en grande partie de la demande accrue en Ontario et au Québec. Dans ces deux provinces, la recherche d’aides familiaux résidents a augmenté respectivement de 20 p. 100 et de 4 p. 100, alors qu’elle a diminué de 10 p. 100 en Alberta et de 25 p. 100 dans la Saskatchewan. Ces hausses reflètent dans une certaine mesure la gravité de la pandémie de COVID-19 dans chaque province sur la même période : fin 2020, le nombre de cas en Ontario et au Québec était plus élevé que dans toutes les autres provinces, représentant respectivement 31,9 p. 100 et 34,7 p. 100 du nombre total de personnes infectées au Canada.

Figure 2. Recherche d’aides familiaux résidents, par province

Remarque : la ligne « Territoires » inclut les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Yukon.

Répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les compétences

Compte tenu de la demande accrue de préposés aux services de soutien à la personne, nous avons également cherché à comprendre quelles sont les compétences requises pour exercer cette profession et déterminer si les besoins en la matière ont évolué en raison de la pandémie. Sur la base des données provenant de Vicinity Jobs, nous avons analysé les compétences, les certifications et les études exigées dans les offres d’emploi.

Certifications et agréments

Nous avons extrait les renseignements portant sur les certifications requises pour les préposés aux services de soutien à la personne à partir des offres d’emploi publiées du 1er janvier au 30 avril 2021. Sur cette période, la moitié (52 p. 100) des offres d’emploi n’exigeait aucune certification spécifique. Cependant, parmi l’autre moitié, beaucoup d’offres mentionnaient plusieurs certifications obligatoires. Le permis de conduire arrivait en tête des certifications requises, ce dernier étant exigé dans 48 p. 100 des offres pour les aides familiaux résidents. En deuxième position, la certification aux premiers soins était requise dans 38 p. 100 des offres d’emploi. La certification aux services de soutien à la personne et la certification à la RCP figuraient chacune parmi les compétences exigées uniquement dans un tiers des cas environ, tandis que la certification d’aide-soignant et la certification aux soins immédiats en réanimation cardiorespiratoire étaient chacune recherchées dans moins de 10 p. 100 des cas. Les certifications exigées dans les offres d’emploi ont très peu changé en 2019, 2020 et 2021.

Tableau 1. Classement et part des offres d’emploi en fonction des certifications les plus courantes exigées
Type de certification Classement en 2019 Classement en 2020 Classement en 2021 Part des offres d’emploi exigeant cette certification en 2021
Permis de conduire 1 1 1 48%
Premiers soins 2 2 2 38%
Services de soutien à la personne 4 4 3 34%
RCP 3 3 4 32%
Aide-soignant 5 5 5 9%
Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail 7 7 6 8%
Soins immédiats en réanimation cardiorespiratoire 6 6 7 8%

Certificat de bonne conduite

8 8 8 2%

Remarque : la somme des pourcentages figurant dans la colonne « Part des offres d’emploi » n’est pas égale à 100 p. 100 dans la mesure où plusieurs types de certification peuvent être requis pour un même poste. 

Compétences recherchées

Les données de Vicinity Jobs sur les offres d’emploi pour la période du 1er janvier au 30 avril 2021 indiquent que les aptitudes en communication, la flexibilité et les premiers soins en tête des compétences exigées par les employeurs pour les aides familiaux résidents. Chacune de ces compétences était mentionnée dans au moins un tiers des offres d’emploi. Dans l’ensemble, les principales compétences requises à ces postes s’avèrent très similaires à celles recherchées dans d’autres professions, hormis les premiers soins, la RCP et l’esprit d’initiative qui font également partie des exigences du métier sans se classer pour autant parmi les dix compétences les plus recherchées, toutes offres d’emploi confondues.

À titre comparatif sur la même période, presque toutes les dix compétences les plus recherchées en 2021 chez les préposés aux services de soutien à la personne figuraient également dans le palmarès 2019 et 2020. La seule compétence qui a enregistré un recul majeur en 2021 était la langue anglaise : en tête du classement en 2019, puis à la deuxième place en 2020, elle a chuté en septième position en 2021.

Ces conclusions sont confirmées par des données plus récentes émanant du Conseil de l’information sur le marché du travail, external link qui montrent que pour le mois de juillet 2021 uniquement, parmi 3 100 offres d’emploi publiées en ligne pour le recrutement d’aides familiaux résidents et de personnel assimilé, les aptitudes en communication, la flexibilité et les premiers soins étaient des compétences recherchées respectivement dans 36 p. 100, 31 p. 100 et 25 p. 100 des cas.

Tableau 2. Palmarès des dix principales compétences recherchées dans les offres d’emploi
Dix compétences les plus recherchées Classement en 2019 Classement en 2020 Classement en 2021 Part des offres d’emploi mentionnant cette compétence en 2021
Aptitudes en communication 2 1 1 44%

Flexibilité

3 5 2 38%
Premiers soins 4 4 3 35%
Travail d’équipe 5 3 4 32%
Compétences interpersonnelles 6 6 5 30%
RCP 7 7 6 29%
Langue anglaise 1 2 7 27%
Service à la clientèle 8 8 8 23%
Compétences organisationnelles 9 9 9 22%
Esprit d’initiative/Motivation 10 11 10 17%

Répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les salaires

L’examen des salaires perçus par les préposés aux services de soutien à la personne entre 2019 et 2021 met en lumière une tendance à la hausse ces deux dernières années. Le salaire horaire moyen en 2021 a augmenté de 10 p. 100 par rapport à la même période en 2020. Cette hausse des salaires coïncide avec un renforcement des investissements en faveur des préposés aux services de soutien à la personne dans toutes les provinces. À titre d’exemple, le gouvernement de l’Ontario a annoncé une augmentation de salaire, external link, opens in new window pour les préposés aux services de soutien à la personne d’octobre 2020 à mars 2021, notamment à hauteur de trois dollars de l’heure pour les aides à domicile et de deux dollars de l’heure pour ceux qui occupent des postes équivalents en milieu hospitalier. De la même façon, le Québec a proposé des primes pouvant atteindre 1 000 dollars par mois, external link, opens in new window à toute personne offrant des soins aux personnes âgées. Plus récemment, la province de l’Alberta s’est engagée à mobiliser jusqu’à 36 millions de dollars de financement, external link, opens in new window pour augmenter le salaire des prestataires de soins à domicile et des prestataires de soins continus.

La comparaison des variations de salaire entre 2019, 2020 et 2021 fait apparaître une tendance intéressante. Si l’on étudie le revenu médian, le salaire horaire a augmenté entre 2020 et 2021, mais n’a pas changé entre 2019 et 2020. En revanche, la comparaison des écarts-types révèle une plus grande variation de salaire en 2020 et en 2021 par rapport à la même période en 2019. Cela suggère que les salaires perçus par les préposés aux services de soutien à la personne s’étalaient sur une fourchette plus large en fonction des employeurs : certains d’entre eux auront ainsi augmenté considérablement les salaires, tandis que d’autres auront maintenu, voire diminué la rémunération. Il en ressort également que l’augmentation du salaire moyen s’explique principalement par les gains accrus des travailleurs dans la tranche supérieure de revenu. De fait, les préposés aux services de soutien à la personne touchant plus que la moyenne ont probablement vu leur salaire augmenter après la pandémie, tandis que ceux de la tranche intermédiaire ou inférieure de revenu ont vu leur salaire stagner.

Sur l’ensemble des provinces et territoires, le salaire moyen des aides familiaux résidents en 2021 était plus élevé dans les trois territoires, en Alberta et en Ontario, tandis que l’Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba enregistraient les salaires les plus bas. Le salaire horaire moyen dans l’Île-du-Prince-Édouard était environ 30 p. 100 inférieur à la moyenne canadienne. Aucune corrélation n’a pu être établie entre le salaire des préposés aux services de soutien à la personne et la gravité de la pandémie dans les provinces et territoires.

Figure 3. Salaire horaire moyen (de janvier à mars)
Tableau 3. Répartition des salaires horaires pour les offres d’emploi publiées de janvier à mars ($/heure)
Année Valeur médiane 95e percentile Écart-type
2019 17 22 3
2020 17 23 7
2021 18 26 11
Figure 4. Salaire horaire moyen des aides familiaux résidents, par province/territoire (2021)

Remarque : la ligne « Territoires » inclut les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Yukon.

Les préposés aux services de soutien à la personne touchant plus que la moyenne ont probablement vu leur salaire augmenter après la pandémie, tandis que ceux de la tranche intermédiaire ou inférieure de revenu ont vu leur salaire stagner.

Conclusion

Malgré la baisse générale de la demande de main-d’œuvre observée depuis l’avènement de la pandémie de COVID-19, la demande de préposés aux services de soutien à la personne a augmenté, comme en témoignent les comptes rendus dans les médias. Cette augmentation est principalement attribuable à la province de l’Ontario, puis au Québec. La pandémie a eu peu d’effet sur les compétences recherchées et les certifications requises pour exercer cette profession. Mis à part un net recul de la demande de compétence en langue anglaise dans le classement, la demande est restée stable pour les autres compétences, les aptitudes de communication et la flexibilité figurant toujours en tête du palmarès. Le permis de conduire et les premiers soins restaient également les deux principales certifications requises pour les préposés aux services de soutien à la personne entre 2019 et 2021. Le salaire moyen de ces derniers a augmenté entre 2019 et 2021, mais cette hausse découle principalement des gains accrus des travailleurs dans la tranche supérieure de revenu.

Étant donné que cette analyse porte spécifiquement sur les préposés aux services de soutien à la personne assurant des soins à domicile et des soins communautaires, il serait intéressant de faire une comparaison des tendances avec les préposés exerçant dans des établissements de soins de longue durée, qui représentent PDF fileplus de la moitié, external link, opens in new window des préposés aux services de soutien à la personne. En outre, face à la menace qui pèse en 2022 sur le personnel de santé dans le sillage de la vague Omicron, les décideurs politiques sont appelés à réfléchir à une stratégie permettant d’attirer des préposés aux services de soutien à la personne, de les former et de les maintenir en poste pour garantir que nos systèmes de santé seront aptes à gérer de futures perturbations.

Perspectives du marché du travail

Une série de recherche par le Diversity Institute

Les rapports de la série Perspectives du marché du travail par le Diversity Institute couvrent une variété de sujets pertinents en lien avec l’étude des marchés du travail et sont basés sur des analyses de données recueillies à partir d’offres d’emploi en ligne dans tout le Canada, ainsi que d’autres sources de données traditionnelles et innovantes. Ce projet est financé par le Centre des Compétences futures, external link du gouvernement du Canada.