You are now in the main content area

Understanding the Future of Skills: Trends and Global Policy Responses

Canada | 2020

Studies on the future of work tend to focus on the jobs at risk of automation, with projections varying widely from 6% to 59%. Sunil Johal and Michael Urban take a different approach in reviewing eight expert reports and the actions taken by nine countries to prepare for the challenges ahead. They distill key lessons for Canada to ensure workers are equipped with the skills they need to thrive in tomorrow’s economy, whatever shape it takes.

Key Takeaways

In our first report in Skills Next, we look at top research and skills training programs that are succeeding internationally, and highlight for Canadian policymakers key features driving success. The future of work will disrupt traditional labour employer-worker relations in five distinct ways. So by looking at skills training programs around the globe, what can be learned about developing digital tools for citizens, building innovation hubs, effective public-private partnerships, responsible public spending, and legal reforms that policymakers can use at home?1/3 of Canadians hold a qualificaiton higher than what’s required of their job and 35% of employers report difficulty finding skilled workers.

  1. Studies on the future of work tend to focus on the jobs at risk of automation, with projections varying widely from 6% to 59%. To get clearer answers, we may need to take new approaches to research.
  2. Australia, Brazil, Denmark, France, Singapore, the UK and the US are all taking innovative steps towards enhancing, and in some cases rethinking, skills training for the future of work.

Executive Summary

The future of skills has become a subject of global debate. So far, most of the attention from the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD), the World Economic Forum (WEF), major management consulting firms, think tanks and banks has fallen onto reports warning about occupations most at risk of automation, the number of jobs that will be lost, and the skills and occupations likely to be immune from obsolescence.

But what if that focus is misplaced?

The inherent unpredictability of technological progress means that within the growing literature, one report projects 59% of jobs to be at high risk from automation, while another predicts 6%. And the timeframes within which these impacts are predicted to occur are similarly broad, ranging from 10 to 50 years.

Taking a different approach, this paper looks at initiatives in nine countries, highlights key projections from eight of the most important reports to date on the skills of the future, and distills the effects of drivers of skills change into five key impacts that will influence the direction and form of the future of skills, and the future of work, namely:

  1. A decline in routine work;
  2. An unbundling of tasks;
  3. A greater need for adaptability and resilience on the part of workers;
  4. A premium on workers’ ability to work with technology; and
  5. An increased emphasis on hard-to-automate skills.
    In so doing, this paper analyzes the relationship between projections and examines how the methods used to create these projections have evolved and built upon each other.

This elevated perspective is followed by a more in-depth discussion of one interesting initiative that is already underway in one of the selected countries. The goal is to understand what drives success in skills training initiatives along seven key dimensions of analysis, including labour market information, active labour market programs, special initiatives and legal reforms.

Canada, and countries around the world, are positioning themselves to adapt to the future of work. This set of global comparisons aims to inform Canada’s approach to the future of work and skills, which is outlined in the final section of this report. With this information, the Future Skills Centre and policymakers can better grasp opportunities to help Canadians equip themselves with the skills they will need to thrive in the future of work.

Comprendre l’avenir des compétences : tendances et réponses politiques dans le monde

Les études concernant l’avenir du travail sont généralement axées sur les emplois qui risquent d’être automatisés, les projections variant grandement entre 6 % et 59 %. Sunil Johal et Michael Urban abordent le sujet sous un angle différent dans leur analyse de huit rapports d’experts et des actions menées par neuf pays en vue de se préparer aux défis à venir. Ils en tirent les leçons essentielles pour le Canada afin que les travailleurs disposent des compétences nécessaires pour réussir dans l’économie de demain, quelle qu’en soit sa tournure.

Points Clés

Le premier rapport de cette série sur les Competences de l’avenir examine la recherche de premier plan et des initiatives prises dans neuf pays pour relever les points forts et souligner les caractéristiques principales du succès. Les perturbations dans l’avenir du travail seront cernées sur cinq répercussions clés qui influenceront l’orientation des relations entre les employeurs et les travailleurs. En examinant le succès des initiatives de formation professionnelle, Sunil Johal et Michael Crawford Urban relève aux décideurs politiques des leçons en vue de se préparer aux défis a venir : le développement des outils numériques pour les citoyens, la formation des centres d’innovation, assurer l’efficacité des partenariats entre les secteurs public et privé, et de reformes juridiques.1/3 des Canadiens et Canadiennes possèdent des qualifications plus élevées que ce que requiert leur poste et 35 % des employeurs signalent des difficultés à trouver des travailleurs compétents.

  1. Les études concernant l’avenir du travail sont généralement axées sur les emplois qui risquent d’être automatisés, les projections variant grandement entre 6 % et 59 %. Pour obtenir des réponses précises, de nouvelles approches de la recherche doivent éventuellement être envisagées.
  2. L’Australie, le Brésil, le Danemark, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et Singapour prennent tous des mesures innovantes visant à améliorer, et dans certains cas à repenser, la formation professionnelle pour l’avenir du travail.

Sommaire

L’avenir des compétences est devenu un sujet de débat mondial. Jusqu’à présent, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Forum économique mondial (FEM), les grands cabinets de conseil en gestion, les groupes de réflexion et les banques ont accordé une attention particulière aux rapports donnant l’alerte au sujet des professions les plus menacées par l’automatisation, le nombre d’emplois qui seront perdus et les compétences et professions susceptibles d’être épargnées par l’obsolescence.

Et si cette attention était mal placée?

L’imprévisibilité inhérente au progrès technologique signifie que dans un corpus de littérature croissant, un rapport prévoit que 59 % des emplois sont à haut risque en raison de l’automatisation alors qu’un autre prédit que 6 % le sont. Et les délais dans lesquels ces répercussions sont censées se produire sont tout aussi vastes, allant de 10 à 50 ans.

Adoptant une approche différente, le présent document examine des initiatives prises dans neuf pays, souligne les principales projections de huit des rapports les plus importants publiés à ce jour sur les compétences de l’avenir, et répartit les effets des moteurs de changement des compétences en cinq répercussions clés qui influenceront l’orientation et la forme de l’avenir des compétences et du travail, notamment :

  1. Diminution du travail de routine;
  2. Dégroupement des tâches;
  3. Besoin accru d’adaptabilité et de résilience des travailleurs;
  4. Accent sur la capacité des travailleurs à travailler avec la technologie;
  5. Accent accru sur les compétences difficiles à automatiser.

Ainsi, le présent document analyse la relation entre les projections et examine l’évolution et l’imbrication des méthodes utilisées pour créer ces projections.
Ce point de vue panoramique est suivi d’une discussion plus approfondie d’une initiative intéressante qui est déjà en cours dans l’un des pays sélectionnés. L’objectif est de comprendre, en se basant sur sept dimensions clés de l’analyse, ce qui sous-tend le succès des initiatives de formation professionnelle.

Le Canada et les pays du monde entier se positionnent pour s’adapter à l’avenir du travail. Cet ensemble de comparaisons mondiales vise à éclairer l’approche du Canada à l’égard de l’avenir du travail et des compétences, qui est décrite dans la dernière section du présent rapport. Grâce à ces renseignements, le Centre des Compétences futures et les décideurs politiques pourront mieux saisir les occasions d’aider les Canadiens et les Canadiennes à se doter des compétences dont ils auront besoin pour leur épanouissement professionnel dans l’avenir.

Published:

January 2020

Skills Next

Canadians’ needs for skills training and education are changing quickly.

In response, the Public Policy Forum, external link, the Diversity Institute, external link and the Future Skills Centre, external link have joined together to publish Skills Next, opens in new window, a series that explores what is working in workplaces, universities, and the labour market – and where workers are falling through the gaps in our skills training system. Au fur et à mesure que la nature du travail évolue, les compétences vitales des Canadiens et Canadiennes doivent suivre.

En réponse, le Forum des politiques publiques, external link, le Diversity Institute de l’Université Ryerson et le Centre des compétences futures, external link se sont associés pour publier Compétences de l’avenir, opens in new window, une série qui explore ce qui fonctionne dans les lieux de travail, les universités et le marché du travail – et où les travailleurs passent à travers les lacunes. dans notre système de formation professionnelle.