You are now in the main content area

Making up time: The impact of the pandemic on young adults in Canada

Canada | 2021

The Survey on Employment and Skills, conducted by the Environics Institute for Survey Research, external link, opens in new window in collaboration with the Diversity Institute, opens in new window and the Future Skills Centre, external link, opens in new window, was designed to explore Canadians’ experiences with the changing nature of work, including technology-driven disruptions, increasing insecurity and shifting skills requirements.

This report explores the experiences during the pandemic of younger adults, defined as those between the ages of 18 and 34. It documents, not only the extent to which Canadian youth as a whole have been especially hard hit economically by the pandemic, but also how specific groups of youth – notably Indigenous youth, Black youth, youth with a disability, youth without a postsecondary education, and recent postsecondary graduates – have each encountered particular challenges.

Key Takeaways

  • The pandemic’s general impact has been felt somewhat more acutely and somewhat more persistently among young Canadian adults.
  • The greater insecurity of younger workers in the labour market translated into a greater likelihood of losing hours of work, of becoming unemployed, or of losing income as result of the pandemic.
  • The pandemic caused disruption not only to the labour market, but to education as well. Among those in the youngest age cohort (age 18 to 20), one in four stopped or postponed their postsecondary studies as a result of the COVID-19 pandemic.
  • As a result of the pandemic, youth who identify as Indigenous are among those most likely to have had their hours of work reduced or to have become unemployed (or both) or to be earning less than before the pandemic started. 
  • In terms of the pandemic’s impact on education, the experience of three groups stand out: Indigenous Peoples; persons with a disability; and those who identify as Black. Youth in each of these three groups is much more likely than average to have stopped or postponed their postsecondary education due to the pandemic. 
  • Historically, a postsecondary education has helped to buffer individual experiences of economic shocks. But this has not been the case during the pandemic for the most recent postsecondary graduates. For those between the ages of 18 to 24, the pandemic’s negative impact on employment was felt more and not less acutely as educational attainment rose. This speaks to the specific challenges encountered by those who had recently finished postsecondary education and were looking to establish themselves in the labour market as the pandemic took hold.

Temps de rattrapage : L’impact de la pandémie chez les jeunes adultes au Canada

Le Sondage sur l’emploi et les compétences, mené par l’Environics Institute for Survey Research, en collaboration avec le Diversity Institute et le Centre des Compétences futures a été conçu de manière à explorer l’expérience des Canadiens et Canadiennes quant à la nature changeante du travail, attribuable notamment à l’adaptation aux nouvelles technologies, à une insécurité de travail grandissante et à l’évolution des exigences en matière de compétences.

Le présent rapport explore les expériences vécues pendant la pandémie par les jeunes adultes, que l’on définit comme étant les personnes âgées de 18 à 34 ans. On y fait état non seulement de l’ampleur des répercussions économiques de la pandémie sur l’ensemble des jeunes adultes au Canada, mais également de la façon dont certains groupes spécifiques de jeunes adultes ont dû faire face à des défis particuliers. Parmi ces groupes, on retrouve notamment les jeunes adultes autochtones, les jeunes adultes noir. e. s et les jeunes adultes vivant avec un handicap, sans formation postsecondaire ou ayant récemment obtenu un diplôme d’études postsecondaires.

Points Clés

  • Les contrecoups de la pandémie ont été ressentis de façon un peu plus intense et persistante chez les jeunes adultes canadiens.
  • La plus grande insécurité ressentie par les jeunes travailleurs et travailleuses sur le marché du travail s’est traduite par la probabilité accrue de voir leurs heures de travail réduites, de se retrouver au chômage ou de perdre un revenu en raison de la pandémie.
  • La pandémie a créé des perturbations non seulement dans le marché du travail, mais également dans le parcours scolaire des jeunes. Parmi ceux et celles de la cohorte d’âge la plus jeune (de 18 à 20 ans), une personne sur quatre a interrompu ou reporté ses études postsecondaires en raison de la pandémie de COVID-19.
  • La pandémie a également eu des conséquences sur les jeunes qui s’identifient comme étant Autochtones, qui sont les personnes les plus susceptibles d’avoir vu leurs heures de travail réduites ou d’avoir perdu leur emploi (ou les deux) ou de gagner moins qu’avant le début de la pandémie. 
  • Pour ce qui est de l’impact de la pandémie sur l’éducation, trois groupes ont été particulièrement touchés : les peuples autochtones, les personnes handicapées et les personnes qui s’identifient comme personnes noires. Les jeunes de chacun de ces trois groupes sont beaucoup plus susceptibles que la moyenne d’avoir interrompu ou reporté leurs études postsecondaires en raison de la pandémie. 
  • On a constaté au fil des ans que des études postsecondaires contribuaient à atténuer les effets provoqués par des chocs économiques sur le plan individuel. Cela n’a toutefois pas été le cas pendant la pandémie pour les jeunes ayant récemment obtenu un diplôme d’études postsecondaires. Contrairement à ce que l’on observe habituellement, chez les jeunes de 18 à 24 ans, plus le niveau de scolarité était élevé, plus l’effet négatif de la pandémie sur l’emploi s’est fait ressentir. Cela témoigne des défis particuliers que doivent relever les personnes qui ont récemment terminé des études postsecondaires et qui cherchaient à s’établir sur le marché du travail au moment où la pandémie a fait son apparition.

Published:

November 2021

Survey on Employment and Skills

The Survey on Employment and Skills,, opens in new window conducted by the Environics Institute for Survey Research, external link, opens in new window, in collaboration with the Diversity Institute and the Future Skills Centre, external link, opens in new window, was designed to explore Canadians’ experiences with the changing nature of work, including technology-driven disruptions, increasing insecurity and shifting skills requirements. 

The second wave of the Survey on Employment and Skills was conducted in late 2020, as the pandemic’s second wave gathered momentum in Canada and the number of new COVID-19 cases steadily increased. The expanded survey explores how different types of workers have been affected by the pandemic, in terms of such things as their hours of work, earnings, location of work, and ability to combine work and family responsibilities.


Le Sondage sur l’emploi et les compétences, opens in new window, mené par l’Environics Institute for Survey Research, external link, opens in new windowen partenariat avec le Diversity Institute et le Centre des Compétences futures, external link, opens in new window, a été conçu pour explorer l’expérience des Canadiens et des Canadiennes quant à la nature changeante du travail, attribuable notamment à l’adaptation aux nouvelles technologies, à une insécurité de travail grandissante et à l’évolution des exigences en matière de compétences. 

La deuxième phase du Sondage sur l’emploi et les compétences s’est déroulée à la fin de 2020, alors que la deuxième vague de la pandémie prenait de l’ampleur au Canada et que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmentait de façon constante. Le sondage élargi explore également l’impact de la pandémie sur différents types de travailleurs, notamment pour ce qui touche leurs heures et leur lieu de travail, leurs revenus et leur capacité de concilier travail et responsabilités familiales.