You are now in the main content area

Leveraging the Skills of Social Sciences and Humanities Graduates

Canada | 2020

Canadians are among the best-educated people on the planet. But are they getting the education they need — particularly in the fields of social sciences and humanities — to maximize their employment prospects in today’s fast-changing workplace? This report explores the level of the so-called “skills gap” and identifies issues and solutions to equip university graduates with the tools to transition from student to employee.

Key Takeaways

  1. 40 percent of social sciences and humanities undergraduates return to school within a year of graduating, 15 percent of them enrolling in community college.
  2. The sheer number of initiatives underway attests to the fact that universities are clearly interested in better responding to student and employer need, though efforts to date are making progress, but as our latest report shows, there is more that needs to be done

Executive Summary

Dramatic demographic shifts in recent years coupled with fast-paced technological change have amplified attention on the future of work and the skills needed by employers to sustain economic growth. Studies have explored the issue of “jobs without people” and “people without jobs”  from various angles, with some focusing attention on the role of universities in preparing graduates for the workplace.

This report briefly reviews existing research on emerging employer needs and employment prospects for university graduates (particularly in social sciences and humanities), before mapping out approaches that aim to support graduates’ transition into employment. While debates persist, and although outcomes vary by discipline and population groups, there is evidence to suggest employment prospects for university graduates in the humanities and social sciences are better than some suggest — and, in particular, that they get better over time.

Data also indicates the so-called “skills gap” is, in part, a matter of perception and semantics and more work needs to be done to develop frameworks to support a better documented and nuanced understanding of the concern expressed by employers. At the same time, it reveals real challenges in terms of assessments and recognition that need to be addressed. In the final section, the report surveys a range of both longstanding and innovative approaches to enhance graduate employment opportunities and ease transition into the workplace. Some integrated into and adjacent to university education. They include program and curriculum-based activities, pedagogical work-integrated learning activities, co-curricular skills development activities, and career and placement services.

We come to the conclusion that in spite of the proliferation of such initiatives and increased collaboration between universities and employers, our knowledge is at best partial and future action needs to be supported by additional research. Among other things, we need:

  1. more information on how universities are responding to growing demand to improve employability of graduates;
  2. more comprehensive mapping of programs that exist and their key characteristics;
  3. better assessment of the impact of these programs, as well as information on who participates in them and who benefits from them;
  4. assessment of the particular impact of these programs on equity-seeking groups;
  5. shared frameworks and definitions of skills, competencies, tools and techniques; and
  6. increased promotion of collaboration across institutions to share best practices, replicate, and scale what works.

Tirer parti des compétences des diplomés en sciences sociales et sciences humaines

Les Canadiens et Canadiennes comptent parmi les personnes les plus instruites de la planète. Mais reçoivent-ils l’éducation dont ils ont besoin – notamment dans les domaines des sciences sociales et humaines – pour améliorer leurs perspectives d’emploi dans le monde moderne du travail en constante évolution? Le présent rapport explore le niveau du « déficit de compétences » et cerne les enjeux et les solutions visant à doter les diplômés universitaires des outils nécessaires à la transition du statut d’étudiant à celui d’employé.

Points Clés

  1. 40 % des étudiants de premier cycle en sciences sociales et humaines reprennent leurs études dans l’année suivant l’obtention de leur diplôme, dont 15 % s’inscrivent dans un collège communautaire.
  2. Le nombre impressionnant d’initiatives en cours témoigne du fait que les universités sont clairement intéressées à mieux répondre aux besoins des étudiants et des employeurs. Certes, des efforts déployés à ce jour progressent, mais comme le montre notre dernier rapport, il reste encore du travail à faire.

Sommaire

Les changements démographiques spectaculaires de ces dernières années, associés aux changements technologiques rapides, ont cristallisé l’attention sur l’avenir du travail et sur les compétences recherchées par les employeurs pour soutenir la croissance économique. Des études ont exploré la question des « emplois sans personnes » et des « personnes sans emploi » sous divers angles, certaines se concentrant sur le rôle des universités dans la préparation des diplômés au monde du travail.

Le présent rapport examine brièvement les recherches existantes sur les nouveaux besoins des employeurs et les perspectives d’emploi des diplômés universitaires (particulièrement dans le domaine des sciences sociales et humaines), avant de définir les approches visant à soutenir la transition des diplômés vers l’emploi. Bien que les débats persistent et que les résultats varient en fonction de la discipline et des groupes de population, des données factuelles semblent indiquer que les perspectives d’emploi des diplômés universitaires en sciences sociales et humaines sont meilleures que ce que certains laissent entendre – et, particulièrement, qu’elles s’améliorent au fil du temps.

Des données indiquent également que ce qu’il convient d’appeler le « déficit de compétences » est, en partie, une question de perception et de sémantique et qu’il faut travailler davantage pour élaborer des cadres permettant une compréhension mieux documentée et nuancée de la préoccupation exprimée par les employeurs. En même temps, elles révèlent de réels défis sur le plan de l’évaluation et de la reconnaissance, qui doivent être relevés. Dans la dernière section, le rapport passe en revue une série d’approches à la fois anciennes et innovantes pour améliorer les possibilités d’emploi des diplômés et faciliter leur transition vers le monde du travail. Certaines sont intégrées et proches de l’enseignement universitaire. Elles incluent des activités axées sur les programmes et les programmes d’études, des activités pédagogiques d’apprentissage intégré au travail, des activités de développement des compétences parascolaires et des services d’orientation professionnelle et de stages.

Nous concluons que malgré la prolifération de telles initiatives et la collaboration accrue entre les universités et les employeurs, nos connaissances sont au mieux parcellaires et les interventions doivent reposer sur des recherches supplémentaires. Nous avons notamment besoin :

  1. De plus d’informations sur la façon dont les universités répondent à la demande croissante d’amélioration de l’employabilité des diplômés;
  2. D’un état des lieux plus complet des programmes existants et de leurs principales caractéristiques;
  3. D’une meilleure évaluation des répercussions de ces programmes, ainsi que d’informations sur les personnes qui y participent et celles qui en bénéficient;
  4. D’une évaluation des répercussions particulières de ces programmes sur les groupes en quête d’équité;
  5. De cadres et de définitions communs des compétences, des capacités, des outils et des techniques;
  6. De la promotion accrue de la collaboration entre les établissements afin de mettre en commun les pratiques exemplaires, de reproduire et de renforcer ce qui fonctionne.

Published:

January 2020

Skills Next

Canadians’ needs for skills training and education are changing quickly.

In response, the Public Policy Forum, external link, the Diversity Institute, external link and the Future Skills Centre, external link have joined together to publish Skills Next, a series that explores what is working in workplaces, universities, and the labour market – and where workers are falling through the gaps in our skills training system. Au fur et à mesure que la nature du travail évolue, les compétences vitales des Canadiens et Canadiennes doivent suivre.

En réponse, le Forum des politiques publiques, external link, le Diversity Institute de l’Université Ryerson et le Centre des compétences futures, external link se sont associés pour publier Compétences de l’avenir, une série qui explore ce qui fonctionne dans les lieux de travail, les universités et le marché du travail – et où les travailleurs passent à travers les lacunes. dans notre système de formation professionnelle.